De nouvelles enchères pour les maisons-bulles dans les Vosges

19218679

Non, ces petites habitations troglodytes ne sont pas celles des Barbapa, mais bien des maisons-bulles. Achetées en 2006 sur un terrain de 4,100m2 par cinq amis passionnés d’architecture insolite et nostalgiques des années 1950 à 1970, ils les ont transformées en structure hôtelière après de lourds travaux de rénovation et de mise aux normes.

Des maisons-bulles à l’allure détonnante aux enchères

Véritables objets de curiosité architecturales, ces maisons bulles qui se situent dans les Vosges ont été construites en 1967 par deux architectes : Pascal Haüsermann et Claude Cost ont été mises aux enchères puis finalement vendues cependant la vente n’a pas été de tout repos.

Les maisons-bulles ont rencontré quelques obstacles. En effet, suite à une baisse de fréquentation et du poids des prêts bancaires, elles ont dûes être placées en 2015 en redressement judiciaire puis fermées, leur  vente semblait alors impossible mais elles ont réussi à séduire grâce à leur forme ovoïdale hors du commun à être classées monument historique la même année.

Peu d’enchérisseurs face à un bien insolite classé monument historique

Dotées d’un lourd passé judiciaire, les maisons-bulles ont eu d’autres difficultés qui se sont ajoutées et ont eu du mal à trouver des enchérisseurs. Trois seulement se sont manifestés depuis le début de la mise aux enchères.

Une vente insolite qui se conclut grâce à une attache sentimentale

Incroyable mais vrai, les maisons-bulles onttrouvé un acquéreur. En effet, tout est bien qui finit bien, le vosgien Christophe Péchet est l’heureux propriétaire des maisons bulles. Sa grand-mère maternelle était Vosgienne et il aurait séjourné pendant des années à Raon-l’Etape où elle habitait. Il semble donc très attaché au lieu.

La structure hôtelière a été vendue à un prix cassé pour 120 000 euros. L’un de ses anciens propriétaires Joel Morel prétend être loin du compte par rapport à l’investissement qu’il a mis dans ce lieu et de la somme qu’il lui restait à rembourser.

Pour en savoir plus : 120 000 euros pour les maisons bulles dans les Vosges