Hausse de la prime d’activité : les propriétaires sont pénalisés

La nouvelle version de la prime d’activité ne va pas bénéficier à ceux qui ont un projet immobilier à court terme car les banques ne la prennent pas en compte pour l’instant dans leur calcul d’endettement. Par ailleurs, les propriétaires qui peuvent en bénéficier sont également pénalisés.

La prime d’activité n’est pas un revenu pérenne pour les banques.

lors que 3,5 millions de foyers vont recevoir ce jour la nouvelle prime d’activité, dont 700.000 nouveaux bénéficiaires, ce coup de pouce du gouvernement a déjà ses limites…

Ceux qui ont un projet immobilier et comptaient sur cette hausse de revenu pour boucler leur plan de financement ne pourront pas l’utiliser pour augmenter leur capacité d’endettement.

En effet, les banques interrogées ont indiqué qu’à ce jour, elles ne la prenaient pas en compte en raison du manque de visibilité sur sa pérennité.

Une mauvaise nouvelle pour les futurs emprunteurs qui auraient pu bénéficier d’un impact positif sur leur capacité d’emprunt : un couple gagnant chacun le Smic et bénéficiant d’une hausse de revenus de 100 €/mois liée à la prime d’activité aurait pu théoriquement emprunter 15.000 € de plus sur 25 ans (188.300 € contre 173.600 €) soit un gain de pouvoir d’achat immobilier de 7 m2 en moyenne (prix médian en France : 2060 €/m2 selon les Notaires.)

« Cette prime peut représenter plusieurs centaines d’euros de revenus supplémentaires par mois, il faut espérer que d’ici quelques mois les banques acceptent de la prendre en compte, au moins en partie… »

Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Des montants de prime d’activité deux fois moins élevés pour les propriétaires

Cette prime au mode de calcul complexe versée par la Caisse d’allocations familiales tient compte des revenus du demandeur, de ceux de son conjoint, de la composition du foyer et des autres prestations déjà versées, mais aussi du fait qu’il soit propriétaire – hébergé à titre gratuit ou locataire.

Et c’est là que le bât blesse, car en tant que propriétaire ou hébergé à titre gratuit – deux situations considérées de la même façon par la Caf – les montants de prime d’activité sont deux fois moins élevés… Parfois même en tant que propriétaire le demandeur n’y a pas droit, alors qu’il en aurait bénéficié en tant que locataire.

Dans le calcul de la prime d’activité, le fait d’être propriétaire ou hébergé à titre gratuit donne les mêmes droits, ou pénalise les Français de la même façon.

Prenons l’exemple d’un couple salarié avec des revenus de 1.500 € chacun, soit 3.000 € à deux et 1 enfant de moins de 14 ans à charge. En tant que propriétaires, ils n’ont pas le droit à la prime mais comme locataires, ils toucheront 142 € par mois.

Un célibataire salarié sans enfant et 1500 € de revenus touchera 60 €/mois de prime d’activité s’il est propriétaire mais 126 €/mois comme locataire.

« La plupart de ceux qui ont acheté avec un revenu donnant droit à la prime d’activité ont dû le faire avec un crédit immobilier dont la charge financière peut être équivalente voire supérieure à un loyer ! Cela n’a donc pas de sens qu’ils soient pénalisés d’autant que ce sont souvent les mêmes qui n’ont plus le droit aux APL accession quasi-supprimées depuis 1er janvier 2018. »

Sandrine Allonie

Source : vousfinancer.com