Actu11

Marché de l’énergie : La concurrence fait-elle l’affaire des consommateurs ?

A l’occasion de la présentation de son rapport annuel pour 2014, le médiateur national de l’énergie, Jean Gaubert, revient sur l’actualité de l’année écoulée pour les consommateurs d’énergie et s’interroge sur les bénéfices pour ceux-ci de l’ouverture du marché de l’électricité et du gaz naturel depuis 2007.

Actu11

Sept ans après l’ouverture à la concurrence, le marché de l’énergie peine toujours à trouver son rythme de croisière. En témoignent les résultats du Baromètre Energie-Info 2014. Si une courte majorité de Français sait qu’il est possible de changer de fournisseur, seuls 10% des ménages ont franchi le pas.

Changer de fournisseur semble encore compliqué.  C’est le cas pour 45% des personnes sondées ; 65% de celles-ci ne sont pas au courant de la marche à suivre. Au final, une majorité de ménages préfère le recours à un seul fournisseur pour les deux énergies, non parce que cette option serait forcément moins coûteuse  mais peut-être pour des raisons de simplicité.

Si la concurrence devait apporter une baisse des prix, celle-ci est loin d’être au rendez-vous, particulièrement pour l’électricité : + 33% depuis 2007 pour un client au chauffage électrique, 35% pour un client avec un autre mode de chauffage. S’exprimant devant la Commission d’enquête sur les tarifs de l’électricité de l’Assemblée nationale mise en place le 1er octobre, Jean Gaubert, Médiateur national de l’énergie, a fait part de son scepticisme sur une telle promesse, en pointant la différence entre le gaz et l’électricité. « Si le premier est un produit qui se stocke et pour lequel la loi de l’offre et de la demande peut fonctionner correctement, il n’en va pas de même pour l’électricité. Pour cette énergie non stockable, vulnérable aux manipulations financières, une forte régulation est nécessaire afin de protéger les consommateurs », a-t-il déclaré.

Dans ce marché dominé par les entreprises historiques, les fournisseurs alternatifs ont tenté de tirer leur épingle du jeu en proposant des offres inférieures aux tarifs réglementés, notamment par le biais d’offres uniquement souscrites par Internet. La décote du prix du kWh a atteint en moyenne -12% pour le gaz et -8% pour l’électricité en 2014.

Pour les consommateurs qui ont franchi le pas, la satisfaction n’a pas toujours été au rendez-vous en termes de qualité de service. En effet, le médiateur a observé une recrudescence de litiges, concernant des fournisseurs nouveaux entrants, comme Lampiris ou ENI : difficulté à émettre les factures, à résilier les anciens contrats, à rembourser les trop-perçus… Si les fournisseurs reconnaissent leurs erreurs, ils se montrent beaucoup moins enclins à accorder des dédommagements à la hauteur du préjudice subi.

« Le principal problème d’ENI, de notre point de vue, est que les réclamations des clients n’ont pas été traitées. Et les litiges qui nous sont signalés encore moins ! Absence de réponses aux demandes d’observations, absence de suivi des recommandations… Les consommateurs concernés attendent des remboursements de trop-perçus depuis plusieurs mois. Jamais nous n’avons constaté un tel désordre. Les dirigeants d’ENI, rencontrés en avril 2015, nous ont fait part de la prise en compte de ces difficultés, et de leur intention de faire des efforts. Affaire à suivre… », Commente Jean Gaubert, Médiateur national de l’énergie.

Source : www.energie-mediateur.fr