Préparer au mieux son assemblée générale de copropriété : les clés

ag

Une vie d’immeuble est ponctuée par des événements et au minimum une fois par an d’après la loi de 1901, se tient une assemblée générale qui a pour but de faire un point sur toutes les décisions qui ont été prises.

Je suis copropriétaire : quelle marche dois-je suivre avant une A.G. ?

Pour rappel, une assemblée générale désigne une réunion de copropriétaires annuelle dans laquelle les membres du conseil syndical et du syndic peuvent débattre, voter, échanger sur des sujets tels que le budget à venir, la gestion de la copropriété ou bien des travaux des rénovations qui sont inscrits à l’ordre du jour. Il ne faut rien négliger puisque chaque élément est important.

En amont, et ce, 21 jours avant la date de l’AG, les copropriétaires doivent recevoir leur convocation transmise par le conseil syndical. Il faut au préalable préparer le budget prévisionnel qui sera présenté durant l’assemblée générale.

Le budget devra être élaboré de la manière la plus précise possible tout en gardant une large marge de manœuvre pour agir en cas d’imprévus. les chaises vides sont à bannir durant une assemblée générale car le conseil syndical doit informer les copropriétaires le plus régulièrement possible des actions menées.

Que faire si l’on ne peut pas assister à une A.G. mais que l’on souhaite être représenté ?

Bien que la lutte aux chaises vides durant une assemblée générale soit de mise, il est possible que parfois les copropriétaires ne puissent tout de même pas y assister.. Pas de panique, ils peuvent y remédier en se faisant représenter. Il faudra alors désigner un mandataire qui pourra voter en leur nom. Il faudra signer un mandat et le syndic devra le faire parvenir en début d’assemblée générale. A noter que le mandataire ne peut pas recevoir plus de trois mandats.