Sous location de HLM sur Airbnb : une pratique illégale dénoncée

airbnb

Un logement social du 16e arrondissement était proposé en toute illégalité sur la célèbre plateforme de location de logements. Ce sont des touristes ayant occupé les lieux qui ont dénoncé les pratiques de la locataire officielle auprès de son bailleur.

Une pratique illégale mais courante

Comme on pouvait s’y attendre, l’affaire révélée par Le Parisien sur la sous-location illégale d’un HLM du 16e arrondissement de Paris sur la célèbre plateforme Airbnb n’était pas un cas isolé.

Selon un comptage exclusif réalisé par le quotidien, pas moins de 822 annonces suspectes publiées depuis 2017 ont été relevées. La méthode employée pour repérer les éventuelles locations illégales est simple: toutes les annonces Airbnb sont géolocalisées et l’adresse de 822 d’entre elles renvoie vers un immeuble contenant des logements sociaux. . Rappelons que si la sous-location d’un logement classique peut être autorisée avec l’accord du propriétaire, la sous-location de l’intégralité d’un logement social est systématiquement interdite. Une méthodologie que le site Airbnb estime «biaisée» en soulignant que l’enquête s’est appuyée sur une géolocalisation approximative et que l’adresse est un élément peu fiable pour déterminer globalement la nature d’un logement.

Pour en savoir plus :  48 000 euros d’amende pour une sous-location illégale

Un très grand nombre d’annonces suspectes

Le comptage montre que les arrondissements «populaires» sont ceux qui comportent le plus d’annonces suspectes, ce qui est bien normal puisqu’ils concentrent le plus de logements sociaux. S’il n’y a aucune proposition louche dans le VIIe arrondissement, seulement 2 dans le VIIIe ou encore 13 dans le XVIe, le journal en a dénombré 76 dans le XIXe, 82 dans le XIe ou encore 145 dans le XVIIIe.

Comme le font déjà les bailleurs sociaux quand ils ont connaissance de ces affaires, l’élu précise que chaque abus constaté sera traité par la justice. Des procédures qui peuvent déboucher sur la résiliation du bail et une amende pouvant grimper à 9000 euros. Reste à détecter les fraudes…